France : Dette et chômage cela ne s’arrange pas !

    Début 2014 point de conjoncture.

~~En mai 2012, le Président de la République F.HOLLANDE avait promis le changement aux Français.
Presque deux ans plus tard, la situation s’est fortement dégradée, spécialement sur le front du chômage et de la dette.
L’année 2014 commence comme s’était terminé 2013. Le nombre de chômeurs augmente pour atteindre 3,316 millions de demandeurs d’emploi. L’inversion de la courbe du chômage, promise pendant toute l’année 2013… n’a pas eu lieu et ce, malgré les 100 000 « emplois d’avenir » annoncés.
Le ministre du travail reporte cet objectif d’inversion de la courbe à …fin 2014, preuve de son impuissance à agir efficacement. Il est probable, compte tenu des cycles de l’économique capitalistique, qu’une inversion au moins temporaire de la courbe du chômage finira par se produire. Cette reprise en France qui ne devra rien à l’action du gouvernement et sera inférieur à ce qu’elle était avant 2008 ! Et du fait de sa nature conjoncturelle, la reprise chez nous sera forcément molle. Cette situation préoccupante inquiète nos partenaires et  l’Union Européenne tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme. Si le gouvernement ne réagit pas rapidement, ce sont les agences de notation qui risquent de dégrader une fois de plus la note de la dette. Nous aurons une nouvelle fois besoin de la caution, au moins morale, de l’Allemagne pour continuer  (combien de temps encore…) à emprunter à des taux d’intérêts favorables.
Ici aussi, les promesses ne sont pas tenues. La dette de la France augmente au rythme de 100 milliards d’euros par an, alors que la crise financière de 2008, qui avait obligé tous les états à s’endetter massivement pour faire face, est terminée !
La France se retrouve dans la situation qui était la sienne en 1958, perte d’indépendance incluse. Et le matraquage fiscal mené depuis 18 mois aux dépens des Français et des entreprises ne peut inverser la courbe. Les rentrées fiscales sont mêmes inférieures aux prévisions, preuve que « trop d’impôts tue l’impôt »
En fait, le désendettement ne peut être enclenché que par une réduction drastique de la dépense publique.
La dette de la France avoisine aujourd’hui les 2 000 milliards d’euros. Si nous ne réduisons pas notre déficit budgétaire, si nous ne réduisons pas la dépense publique,  si la reprise économique n’est pas au rendez-vous rapidement, la moindre dégradation de la note de la dette aura des conséquences dramatiques sur le déficit du budget et sur notre place sur l’échiquier mondial


Franck Ayache

 

Tagged: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *