La cité impossible

Une certitude: sans l’installation de cinémas, le projet de la cité de la gastronomie serait « La Cité Impossible ».

Tant bien que mal, le projet de la Cité de la Gastronomie avance :

– Retrait du recours de la société SEGER (pour quelle compensation ?)

– Annonce d’exploitants pour le multiplexe (Devosge et Eldorado).

La création de ce multiplexe cinématographique est-elle pertinente ? Il apparait certain que l’initiative d’intégrer un multiplexe au projet est le fait de l’opérateur choisi par la municipalité. En effet, doutant de la rentabilité et pour maintenir une fréquentation acceptable toute l’année, l’opérateur n’a trouvé d’autres solutions que d’intégrer un multiplexe au projet de la cité.

Pour mesurer les conséquences, il faut s’interroger :

Le multiplexe va-t-il tuer ou renforcer le cinéma de centre-ville ?

Quelle est la volonté réelle de la propriétaire des cinémas Olympia et Darcy ? La question mérite d’être posée quand nous apprenons que la propriétaire des cinémas du centre-ville n’a pas donné une suite favorable au projet de multiplexe et que la nature ayant horreur du vide, ce sont les cinémas Devosgeet Eldorado qui ont répondu.

Comment Madame Massu va-t-elle réagir maintenant ? Elle va certes déposer un recours, mais… Pour rappel, elle a dû elle-même fermer l'ABC  pour ouvrir son multiplexe « l'Olympia ». Et si elle souhaite vraiment un avenir au cinéma de centre-ville, elle va devoir investir avant 2019 et notamment en modernisant le cinéma DARCY pour le rendre plus attractif.

Mais a-t-elle ou avait-elle un autre projet ? Nous savons que le centre commercial de la Toison d’Or est très demandeur d’un multiplexe cinématographique. En effet si la galerie marchande fonctionne bien en journée, elle a du mal à justifier les loyers des restaurants qui se plaignent d’un manque d’activité en soirée.

En attendant que tous les protagonistes abattent leurs cartes, la partie de poker menteur se poursuit sans tenir compte du ressenti des habitants de Dijon et du Grand Dijon, réduits au rôle de spectateurs.

Notre volonté est le maintien d’un maximum d’activité au centre-ville. Pour cela il est nécessaire de renforcer la présence de cinémas dans la nouvelle zone touristique internationale. Nous sommes convaincus qu’il n’y a pas de ville forte sans un centre-ville fort.

Franck Ayache –Ludovic Bonnot 

 

Tagged: , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *