Le Grand Dijon n’est plus une chambre d’enregistrement.

Lors du conseil d’agglomération de mai 2014, nous avons pu mesurer, à travers un rapport, l’impact du changement de mode de scrutin en mars 2014. Maintenant siègent au Grand Dijon des élus de diverses oppositions.

En effet le premier rapport à l’ordre du jour, proposait la désignation des représentants au sein de l’EPLAAD/SPLAAD. Comme vous le savez maintenant, la SPLAAD est devenue un sujet tension pour tous, suite aux différents problèmes de gestion. (Voir nos précédents articles). De plus il était proposé de nommer une nouvelle fois P. PRIBETICH président du conseil d’administration de l’EPLAAD/SPLAAD. Compte tenu de la personnalité même de P.PRIBETICH, qui ne laisse pas indifférent, et de la volonté manifeste de ne rien changer au sujet de la SPLAAD où aucune place n’a été faite dans ce rapport aux élus d’une autre tendance politique, ce vote avait donc un caractère de test. Conscient de l’enjeu, des élus d’oppositions ont demandé un vote à bulletin secret, ce qui est une première.

Le résultat du vote concernant P.PRIBETICH fut riche d’enseignement pour l’avenir et à mon sens à la hauteur des attentes.

Avec 22 votes contre, 50 votes pour et 5 abstentions, nous pouvons affirmer que le Grand Dijon n’est plus une chambre d’enregistrement pour la majorité socialiste. Cette élection marque la fin de 13 années durant lesquelles presque tous les rapports ont été votés à l’unanimité. Il est temps que chacun en prenne conscience. Le conseil d’agglomération doit être un lieu de débat ; il est devenu une assemblée politique. Ce changement est nécessaire pour la vie démocratique et devrait permettre à terme l’alternance.

Franck Ayache

Tagged: , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *