L’Hôtel de la Marine, place de la Concorde à Paris, pourrait couler définitivement la cité de la gastronomie Dijonnaise.

Cité de la Gastronomie ….et de 5 …………

Après la validation du réseau de cités de la gastronomie constitué des villes de Dijon, Tours, Lyon et Rungis, le Président de la République a annoncé, le 20 mars dernier, la création d’une cinquième cité à Paris.

Profitant que cette annonce soit passée sous silence à Dijon, le Maire s’active en coulisses pour sauver son projet en poussant les administrateurs du CHU à vendre à bas prix le site de l’hôpital général. Mais avec cette annonce présidentielle, le projet est devenu encore moins viable et à terme, il signifie pour les Dijonnais de nouvelles charges…

En effet, selon un article de presse en date du 12 octobre (1), François Rebsamen, président du conseil de surveillance du CHU- propriétaire du site- fera une proposition d’achat à 14,2 millions d’euros par la ville de Dijon (soit +2,2M€). Le coût du désamiantage, évalué à 4 M €, serait partagé entre Dijon (2M€), le CHU (1M€) et l’ARS (1M€). Quant à la facture pour les études, (600 000 €) elle serait partagée à égalité entre les 3 intervenants soit 200 000€ pour Dijon. Le coût de l’opération qui devait être nul pour les contribuables dijonnais, se monte donc déjà en réalité à 4,4 M€ !

Selon le projet annoncé par le Président Hollande (2), L’Hôtel de la Marine, ancien état-major de l’armée -bâtiment prestigieux situé au cœur de PARIS, confié au Centre des Monuments Nationaux- devrait devenir « La Cité de la Gastronomie Française ».

Il s’agit d’une idée poussée par Jean-Robert Pitte, président de la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires, qui avait par ailleurs été responsable du suivi de l’inscription du repas gastronomique des Français au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.

Ce projet est piloté par un organisme public (le CMN), financé sur fonds publics, dans 4 000 M2 de locaux exceptionnels sur la Place de la Concorde, avec pour environnement immédiat les plus grands palaces et restaurants gastronomiques parisiens.

Il est soutenu par le Président de la République lui-même et n’a donc pas besoin d’installation d’un multiplexe ni d’autres attractions pour attirer les visiteurs….

Enfin la cité parisienne ouvrira début 2017 donc bien avant la Cité de la Gastronomie de DIJON, initialement prévu pour 2016, et qui ouvrira au plus tôt fin 2018.

Le projet de cité gastronomique à Dijon risque donc dans les faits d’être torpillé par le Président de la République, « ami » de François Rebsamen, sur l’autel du parisianisme. Cette situation, rend difficilement compréhensible l’acharnement thérapeutique de l’équipe municipale dijonnaise pour sortir du coma la vente du site de l’ancien Hôpital Général et amène donc à se poser bien des questions ….

Ludovic BONNOT –Franck AYACHE

 

1- www.tracesecritesnews.fr du 12 octobre 2015.

2- https://www.finedininglovers.fr/blog/news-et-tendances/2017-ouverture-cite-gastronomie-hotel-marine-paris/ et http://www.lemonde.fr/m-gastronomie/article/2015/04/23/l-hotel-de-la-marine-aiguise-les-appetits_4621069_4497540.html

Tagged: , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *