L’intérêt pour TELETECH ne se dément pas.

Notre article sur les conditions de l’installation de l’entreprise TELETECH, sur l’ancien site de l’entreprise AMORA a fait réagir le PDG de cette entreprise Monsieur Emmanuel MIGNOT.

Même si Monsieur Mignot n’a pas demandé formellement un droit de réponse, Il a souhaité apporter quelques correctifs à  ce que sont selon lui  un certain nombre d’inexactitudes. Correctifs souhaités que je rapporte ici à travers un résumé de nos échanges.

Monsieur MIGNOT nous indique que  le financement du mobilier à hauteur de 500.000 euros l’a été par emprunt bancaire et que le prise en charge d’une partie de la formation a été versée au titre de la formation de publics prioritaires qui seront ensuite recrutés en CDI. Monsieur Mignot  précise que l’ouverture officielle de TELETECH Dijon s’est faite  le 1er septembre 2012, soit avec un retard d’un an, source selon lui de très nombreux problèmes pour le développement de sa société.

Monsieur Mignot confirme l’objectif de 600 emplois au terme de la quatrième année, mais il précise que (NDLR : contrairement aux annonces du maire de Dijon), ce ne seront pas 150 emplois par an, mais 120 d’ici fin septembre 2013. Il précise que plus son centre d’appels sera rempli plus les donneurs d’ordres auront confiance dans ce site. Il m’informe qu’il y a sur le site de Dijon, en juillet 2013, 56 CDI.

Le PDG de TELETECH indique aussi que, suite à de difficiles négociations avec la SPLAAD, le loyer doit augmenter durant les 4 premières années pour atteindre 79 euro le m2 pour une surface globale de 6200 m2 environ. La valeur résiduelle au terme du crédit-bail serait de 100.000 euros. Il m’explique aussi que la SPLAAD  a su profiter de l’apport d’Unilever pour les travaux et que le montage en crédit-bail faisait faire des économies à la SPLAAD.

Monsieur MIGNOT me décrit brièvement sa première implantation à Toucy dans l’Yonne il y a 20 ans. Il me précise que peu de monde alors croyait au succès d’une implantation rurale (sauf Jean-Pierre Soisson et quelques rares personnalités icaunaises) et qu’il a bénéficié à l’époque d’un soutien de 2 000 francs pour les 35 premiers emplois, rien pour les 100 qui ont suivi.

Pour finir il m’indique que la période est effectivement difficile : son entreprise dont le siège social est à Dijon, ne compte aucun client local. Le PDG regrette le manque de synergies dans le  tissu économique local. Il s’interroge même sur son implantation sur Dijon au vu des freins qu’il rencontre sur l’agglomération, et il lui arrive de regretter  son choix quand il se souvient des promesses et des engagements concrets que le patronat lillois lui  avait présentés pour accueillir son entreprise.

Ces informations sont importantes et devaient être publiés sur le site « impôts-cible ». Nous souhaitons apporter une information et des analyses les plus complètes. Notre but n’est pas de faire un procès à charge contre une entreprise. Notre premier article vise d’abord les engagements de la SPLAAD et sa gestion.

 

Néanmoins, chers lecteurs et abonnés (gratuit), nous avons reçu d’autres témoignages qui ne confirment pas les propos du PDG de TELETECH… C’est pourquoi une partie du comité de rédaction d’ «Impôts-cible » procède à de nouvelles investigations. Nous vous en communiquerons le résultat très prochainement.

Franck Ayache

Tagged: , , , ,

Comments: 2

  1. CGT 6 août 2013 at 12 h 44 min Reply

    Etourdissant le couplet de l’entrepreneur pas reconnaissant qui après la subvention publique, les bâtiments… voudrait qu’on lui amène LES CLIENTS !!!

    Pendant ce temps Teletech ne paye plus ses charges sociales (75.000 euros d’inscriptions de privilèges à mi-juillet).

    Cette pseudo PME qui n’est qu’une fabrication de l’argent public va s’effondrer avant la fin de l’année et tout le monde se demandera comment ce gâchis énorme à été rendu possible alors que tous les signaux étaient au rouge DEPUIS SI LONGTEMPS !

    Dommage !

  2. Meilleur Broker 17 septembre 2013 at 23 h 55 min Reply

    Merci beaucoup pour cette mine d information.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *