TELETECH – Le comité de rédaction d’impôts cible poursuit son enquête:

-Vous devez savoir que les chiffres que nous avons avancés sont tirés  d' articles de presse ( la plupart d’ailleurs repris sur le site institutionnel de TELETECH  …) publiés par des journaux peu suspects d'approximation tels que  Les ECHOS, l'USINE NOUVELLE, CHALLENGES…

N’étant pas partie prenante à la négociation  entre TELETECH  et la SPLAAD,  nous n'avons donc aucun moyen de connaître les derniers éléments de négociations cités par Monsieur MIGNOT   …

La perte du contrat avec Comutitres (délocalisation du centre d'appels du STIF)  illustre à lui seul les problèmes de compétitivité subis par cette branche d'activité. Mais vous devez savoir  qu'ils avaient été largement médiatisés par le Ministre du Redressement Productif et par Mr MIGNOT lui-même  (voir l’interview dans le NOUVEL OBSERVATEUR du 27/07/2012). C’est pour toutes ces raisons que nous continuons toujours à nous interroger sur l'opportunité d'implanter, à grands frais, des entreprises de ce genre, au vu des difficultés liées à la concurrence internationale.

– Nous ne sommes pas les seuls à nous interroger sur ces emplois crées à coups de subventions et qui donnent rarement les résultats attendus ou promis (voir le Miroir-Mag : http://www.miroir-mag.fr/le-tres-cher-rendez-vous-manque-des-promesses-demploi-en-bourgogne/)

Nous sommes donc impatients de savoir si les promesses d’emplois seront tenues

– Nous sommes inquiets, à juste titre nous semble-t-il, sur le devenir d'une opération censée amener de l'emploi à DIJON,

– opération qui entraîne une société publique, la SPLAAD,  déjà mal en point financièrement,  au-delà de son rôle.

 Nous pensons en effet qu’il n’est pas dans les attributions de la SPLAAD de remplacer la banque  pour financer le crédit-bail. D’autant que la ville de Dijon, lors du  conseil de mars 2013, vient d’une part de participer à la recapitalisation de la SPLAAD, suite aux pertes cumulées en 3 ans par celle-ci (pertes équivalant à 6 fois les capitaux propres)  et d’autre part  au conseil de juin 2013 d’accepter de faire des avances de 50 % sur projet et de faire un prêt de 2 millions d’euros jouant ainsi le rôle de banque de la SPLAAD.

Nous pensons enfin que si une collectivité est dans son rôle pour aménager son territoire et  faciliter l'implantation de nouvelles entreprises, elle ne doit pas assumer, directement ou indirectement en lieu et place de l'entrepreneur, le risque d'entreprise.

Comité de rédaction impôts-cible.

Tagged: , , , , , ,

1 comment

  1. Faire de l argent 17 septembre 2013 at 19 h 57 min Reply

    Cette lecture m a semble trop courte, merci beaucoup pour le bon moment passe sur votre page.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *