Tribune de Dijon Mag de septembre 2018

En limitant à 1,2% l’évolution des dépenses réelles de fonctionnement (DRF), l’État rompt avec la libre administration des collectivités, signe une recentralisation et valide la mise sous tutelle de DIJON. Certains critères permettent un assouplissement du taux, mais pour notre ville, nous constatons que le facteur de modulation applicable est fixé à Zéro. C’est une remise en cause sérieuse de la politique de la municipalité socialiste. Quelles leçons devons-nous en tirer ?

Tout d’abord que les constructions massives, le bétonnage de Dijon, pour augmenter la population en dehors de tout développement économique ne nous rapportent aucun assouplissement du taux.

Ensuite, nous découvrons que le revenu moyen par habitant des Dijonnais est inférieur à la moyenne nationale. Alors pourquoi avoir signé un tel contrat, qualifié de décision unilatérale de l’État, qui ne permet aucune marge de négociation réelle et qui est tout sauf de la contractualisation ?

C’est pourquoi le groupe Construire Dijon Autrement a voté contre la contractualisation, afin de signifier à l’État :

         que nous n’acceptons pas cette recentralisation sous couvert contractuel.

         que nous refusons la mise sous tutelle de l’autonomie financière des collectivités locales.

Ainsi le groupe CDA, en défendant les intérêts des Dijonnais, est l’un des rares groupes à avoir fait preuve de courage politique.

Franck Ayache, François Hélie.

Tagged: , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *